Jour 15 : 4 juillet 2016 – refuge de la Leisse – refuge de la Valette

Encore une fameuse étape qui m’attend. Je me suis tellement trompé sur certains tronçons. Lorsque j’arrive au refuge on me dit régulièrement : « ah … mais si vous faites chaque fois 2 étapes en une…cela va pas le faire… »

Donc depart vers 8 hrs. Je marche tranquillement jusqu’au col de la Varoise où je me ravitaille en eau. De la je prends une variante comme prévu. C’est merveilleux mais dans mon état pas très intelligent. Une longue descente avec parfois des marchés de 70 cm…bref un enfer pour ma jambe. Ensuite un très gros dénivelé positif jusqu’au col du grand Marchet à 2500. La passerelle au dessus du torrent n’est pas encore placée. Impossible de traverser même en enlevant mes chaussures. Le courant est puissant. Je suis contraint de passer par le névé du dessus. Mais son état est inquiétant. Une partie est déjà effondrée et l’eau du torrent le rongé par dessous depuis des semaines. Engros il pourrait s’effondrer d’avantage lors de mon passage. Ok j’y vais. 20 mètres de névé avec un important dévers et ensuite 5 mètres au dessus de la rivière sur la partie fragile. Je plante bien mais pied, j’accélère mon rythme et me fais le plus léger possible. Sur la fin je trotinne légèrement. Ça y est je suis passé. Les battements de mon cœur reviennent à la normale.

J’arriverai au refuge vers 17 hrs soit 9 hrs plus tard. Je suis accueilli par Sylvie. Elke est la depuis 31 ans. Le refuge est majestueusement situé. La vue est magnifique. Il se compose de 3 chalets tentes.

J’y rapidement la connaissance de Lucy et Brian from Los Angeles. Ils se sont mariés il y a 3 ans. Lui a 50 ans, originaire de Boston. Lucy est originaire d’Angleterre mais la triple nationalité  anglaise – polonaise et américaine. Sa sœur vie en France. C’est naturellement qu’ils viennent passer 15 jours chaque année en France. 1 semaine en famille et 1 semaine à la montagne. Ils sont tous les 2 journalistes pour de grosses agences. Brian écrit et Lucy prend des photos. Elle a couvert pdt 1 mois les primaires dans l’état de Californie. Trump est un vrai c…selon ses beaucoup de gens.

image

image

image

image

image

image

image

image

image image

image image

Jour 14 : 3 juillet 2016 – refuge Rosuel – refuge de Leisse

C’est une grosse Etape et bien évidemment mon état m’inquiète. Je suite le refuge vers 8 hrs. Même lorsque je marche lentement je dépasse tout le monde. Je dois tellement me calmer. La montée est belle et régulière. Entouré de cascades être plateau verdoyant j’arrive au refuge de Platet vers 11 hrs. La montrera été. Maintenant j’attaque la descente sur Tignes. Beurk, que c’est moche ces stations artificielles en été.

Pendant la descente j’ai les larmes aux yeux. Mon moral n’est pas brillant. Je n’ai jamais imaginé que je n’arriverais pas à Menton. Et la ma jambe me fait tellement souffrir dans les descentes que je commence à réaliser l’ampleur de mes « conneries » des jours précédents. Je n’arriverai probablement pas où bout de cette aventure. Je suis physiquement fort diminué. La grande traversée des alpes est déjà difficile et moi j’ai rajouté des difficultés comme un jeune premier de 20 ans mais qui en a 50. On ne joue pas lorsque TOUS LES JOURS. on doit faire 20 km avec 1500+ et 1500-

Malgré cela je n’ai pas le choix aujourd’hui, je poursuis malentendu montée vers l’école de la Leisse à 2700. Il fait magnifique et il fait grand bleu. C’est toujours plus cool pour aborder un col sous la neige pendant des kilomètres. Il n’y a pas vraiment de trace.   Heureusement que j’ai mon GPS et suivi de ma trace préenregistrée. Cela me permet très facilement de savoir si je suis dans le bon et de réajuster ma trajectoire.

Apres le col de la Leisse c’est la longue descente vers le refuge du même nom. L’environnement est lunaire. Lacs gelés, névés, … Hier qq a appelé l’hélicoptère au col. La météo était mauvaise et il était en hypothermie.

Au refuge nous ne sommes que 5. John le Brixit qui a démarré le Gr5 en 2013 en Hollande, Gilles de parisien ainsi que Maria et Joachim er Barcelone. Chouette ambiance avec nos 2 espagnols. John et Gilles sont un peu plus coincés. Je mets tout le monde a l’aise cela se ressent. Les belges sont quand mêmes tres simples relationnellement. Le soir on joue un jeu de carte espagnol et …je gagne.

Je me couche en pensant à mon état physique. Je dois changer ma façon de voir les choses. Chaque nouvelle journée doit être mon objectif final et ensuite je verrai ou j’arriverai. Qu’est ce que J’arrive ! ains faire si je sus contraint d’arrêter. J’ai préparé cette aventure depuis des mois. Ok chaque nouvelle journée est mon nouvel objectif. Chaque journée est mon nouvel objectif. Chaque journée …

image

image

image

image

image

image

image

image

 

Jour 13 : 2 juillet 2016 – refuge de Presset -refuge de Rosuel

Enfin un peu de réseau pour poursuivre mes comptes rendus. Je quitte le Beaufortain pour me diriger vers la Vanoise.

Ce matin, Marc le kine, m’a placé un tape pour soutenir ma jambes. Au paravent je me suis rasé toute la jambe afin d’éviter une douloureuse épilation dans qq jours.

J’ai marché 15 km jusqu’au petit village de Valendry. Une charmante personne m’a ensuite déposé à Landry ou j’ai fait du stop jusqu’au refuge de Rosuel. Ma jambe me faisait trop souffrir et le passage de la vallée n’était vraiment pas intéressant.

Le refuge du Rosuel constitue l’une des portes d’entrée dans la Vanoise. Le refuge date de 1972 mais est assez original. Arrivé vers 14 hrs, je me suis installé dans un canapé pendant 3 hrs avant que le dortoir et les douches n’ouvrent. Confortablement installé je me suis un film. Seul sur mars. Mais en 3 fois car je me suis endormis plusieurs fois. Mmhh c’est bon.

au repas du soir j’ai été placé à table avec une famille. Vincent, nathalie et les enfants randonnent pour une semaine. Lui est ingénieur dans une boîte privée d’entretien des voies ferrées. Nathalie termine un contrat de « cathetiste ». En septembre elle commence une formation en « halo thérapie » si je ne me trompe pas. Cette soirée en famille m’a fait beaucoup de bien. Me retrouver avec 3 chouettes enfants et partager les mêmes intérêts et questionnements. Super.

image

image

image

image image

Refuge du Rosuel

image

Jour 12 : 1 juillet 2016 – Repos au refuge de Presset


J’ai super bien dormi. Génial. Il fait magnifique. Bon petit déjeuner, adieu à mes amis Bernard et Elke et me voilà seul au refuge avec Laurence et Anouck. Elles s’activent et rangent tout le refuge. Je les aide pour essuyer la vaisselle, le tout sur de la bonne musique. Anouck fait des études de prepa au journalisme à Lille mais ne rêve que de voyager ici et là, faire des petits boulots. Elle fait ses études plutôt pour ses parents. Elle hésite, se cherche… et sort pas mal sur Bruxelles. Chouette moment de partage entre un jeune de 50 ans (moi) et une jeune de 20 ans. Laurence est plus âgée fait des études d’infirmière et a déjà 2 enfants. Le gardien Antoine est ici avec sa femme Sandra et leurs enfants. (12 et 4 ans). Je traîne, je termine mon premier livre offert par Philippe Descamps, La Joie. Je laisse ici comme prévu. Je mets mon site à jour. Aujourd’hui cela m’aura pris presque 3 heures. Et dire que je voulais un peu me couper de toute cet IT qui fait partie de mi quotidien professionnel. Cela prend énormément de temps et à la fois j’aime bien vous partager ce que je vis. Bon je vais me faire une petite sieste.

Fin de journée un super groupe arrivé. J’aide certains à mettre du papier journal pour éponger toute l’eau qui s’y trouve. Ils sont français dans le groupe et d’un peu partout en France. Leur slogan étant donné qu’ils réalisent le tour du Beaufortain est le suivant : on est beau, on est fort, on a un beau tein, on aime tous le Beaufortain. Il règne une bonne ambiance de groupe et même avec 2 femmes, Beatrice et … désolé.

Le soir Marc, kine, remarque mon problème de genou. Il m’osculte et détecté une micro lésion au niveau du quadriceps. Il applique une poche gel anti-inflammatoire pour la nuit. Demain il posera un tape. Mille mercis à Marc sans qui je n’aurais peut-être plus avancé. Merci pour tes conseils Marc.

image

Jour 11 : 30 juin 2016 – Croix du Bonhomme – Refuge de Presset

Nuit très orageuse et pluvieuse. Tout ce qui tombe la nuit ne tombe pas le jour. Super. Je quitte le refuge vers 7 hrs 45. Il fait nuageux mais il ne pleut pas. Très belle crête pour commencer. C’est agréable et ça avance vite. De l’autre côtelé ciel est noir et j’entends le tonnerre. Je suis content d’être de ce côté. J’ai une légère douleur sur le haut du genou. J’accélère le rythme pour arriver au refuge du plan de la Lai car j’ai pas envie de me faire rincer. A certains moments je trotinne un peu. Au plan je me commande un petit café. Sur base d’avis hier soir au refuge, j’ai décidé de changer mon itinéraire et de passer par la combe de la Neuva. Il paraît que c’est très beau. J’ai d’abord 3 km de route en montée pour rejoindre le chemin.Mon muscle du genou me fait un peu mal. 30 minutes plus tard je suis obligé de déchausser pour passer le torrent et rejoindre la trace. La montée de la combe est magnifique mais mon muscle me fait souffrir de plus en plus. Étant donné les conditions toute la montée jusqu’au col à 2800 se fait dans la neige. A certains moments je ne sais plus très t’es bien si je suis sur le bon chemin. Ma direction est bonne. Je croise des marmottes et le temps de fixe sur le soleil. Par contre mon muscle me fait déplus en plus souffrir. Monter ça va pas trop mal mais descendre c’est très dur. Je râle. Je m’en veux et cette douleur m’inquiète. Je décide de ne plus m’arrêter jusqu’au refuge de Presset. Mon genou est chaud, il vaut mieux poursuivre. Je mangerai plus tard. C’est péniblement que j’arrive au col. Je vous le refuge 400 mètres plus bas. J’y arrive à 13 hrs 30 avec une douleur permanente au muscle qui part du haut de la cuisse jusqu’au genou côté intérieur. Le pire c’est descendre. Au refuge je suis accueilli par Laurence et Anouck. Elle me donne une poche à glace et une crème ibuprofène. Pour me soulager je commande naturellement une bonne L’effet de 50 cl. Cette situation m’impose de m’adapter. Je DOIS me reposer. Je demande pour rester 2 nuits afin de pouvoir passer la journée de Demain au repos. Ok ça roule. Il y a de la place. J’ai de la chance le refuge est neuf de 4 ans. Splendide. Toilettes sèches, panneaux solaires, design plus que contemporain … magnifique. Je partage la chambre avec 2 allemands de 56 ans. Lui a déjà réalisé le GR5 jusque Nice. Cette fois il es en moto avec sa compagne. Leur conjoint respectifs sont chacun en chaise roulante. Ils se connaissent depuis presque 2 ans et semblent très amoureux. Lui me demande aussi pourquoi je fais ce type de voyage. Est ce pour trouver des réponses à certaines questions ? Bref on partage, on communique, on se dévoile chacun…c’est riche et profond avec toute la pudeur et la réserve qui se doit. Il s’appelle Bernard et elle Elke. Je le châtie également assez bien et on rigole beaucoup. Cela me fait du bien à table je me prends aussi un quart de rouge afin de ne pas entendre les futurs ronflements de Bernard. Demain c’est repos et je pourrai rattraper mon retard sur mon site car j’ai du réseau. Pour mon genou on verra demain.

image

image

image

image

image

image

image image

image image image

 

Jour 10 : 29 juin 2016 – Tre La Tête – Refuge Croix du Bonhomme

J’ai super bien dormi. Quel plaisir. Ma chambre à moi tout seul. Personne qui ronfle…C’est la 1er fois que je prends le temps. D’habitude j’ai toujours un œil sur ma montre pour partir tôt. Aujourd’hui j’ai le temps car c’est une petite etape. L’hélicoptère va venir livrer. C’est super rapide. J’en profite pour les aider à décharger la cargaison. De la  nourriture mais aussi des fleurs, les tables, des matelas…

Je quitte mon petit paradis vers 10 hrs 30. Je croise bcp plus de monde. Je suis en partie sur le GR du tour du Mont Blanc. 2 français d’origine martiniquaise qui ont réalisé Troie – Rome en 45 jours l’année dernière. 2 ravissantes suédoises qui ressemblent à la brune et la blonde d’Abba mais avec des faux cils en plus.

Aujourd’hui les filles reçoivent les résultats scolaires. Mais impossible pour moi d’appeler. Très difficile d’avoir du réseau. Je ressayerai demain.

Arrivé proche du refuge, je décide de faire une petite ascension supplémentaire. La Tête nord des Fours à 2756 mètres. Magnifique. Une vue 360 saisissante. (voir vidéo si cela passe)  Je reste un bon moment seul la haut. Je regarde la beauté, l’horizon, le rêve, l’intouchable, la pureté, le silence, la quiétude, la simplicité…la VIE.

Le soir je partage le repas avec un couple Suisse et 3 français bretons. Alex le créatif, Vincent et Fabrice. Excellente soirée. Une nouvelle fois une chouette rencontre. On rigole, on s’amuse, on échange, on partage…merci à vous trois les gaz. Bonne route.

Je vous laisse en profiter. Je vous embrasse. Joyeux anniversaire aussi à ma tante Claire, sœur de maman.

image

image

image

image

image

image

image

image

Les gardiens de Croix du Bonhomme

image

Vidéo au sommet de Tête nord des Fours impossible à charger. Dommage j’aurais voulu partager ce bon moment avec vous. Bizzz