Jour 33 : 22 juillet 2016 Camp d’Argent – Sospel

Départ tardif vers 10 hrs. L’étape est assez courte et je pense pas trop interessante. J’ai laissé partir mes 6 amis français avant moi. Je les rattraperai plus tard. En réalité j’aime beaucoup marcher seul. Non pas pour m’isoler des autres mais simplement pour le silence. Pour être totalement en harmonie avec cette belle nature qui m’accompagne depuis plus de 30 jours maintenant. J’adore ces moments tres privilégiés. Je suis à l’écoute de mon corps, de ma respiration, de mes pas, des caillou qui roulent sous mes pas, des grillons, des lézards qui fuient sous les buissons, de mes bâtons qui touchent le sol et qui m’aident à avancer, de la goutte de sueur qui coule de mon front jusqu’au bout de mon nez, des mouches et des abeilles qui tournent au dessus de ma tête, …

La météo n’est pas brillante. J’ai l’impression qu’à un moment où l’autre je vais me faire rincer. Mais cela m’est devenu très insignifiant. Si il pleut je sors ma veste et c’est tout. Je me suis vraiment fort détaché de cela. C’est très agréable de marcher librement sans se soucier du temps.

Finalement la route vers Sospel est très jolie. C’est vert et souvent sur des crêtes avant d’entamer la longue descente. Sospel est situé à 400 mètre d’altitude. Je plonge littéralement dans la vallée. A Sospel je m’installe sur une terrasse de café, commande un double expresso et un magnum vanille chocolat noisette. Le poste de TV est branché et j’en profite pour regarder un peu l’étape du jour du tour de France.

J’ai du trouver un autre logement. Comme je ne réserve plus grand chose depuis déjà un moment je me retrouve parfois contraint de trouver un autre endroit pour dormir. Les gens m’aiguillent alors directement vers d’autres possibilités…pas toujours aux mêmes conditions. J’ai dormi dans une chambre d’hôte à presque 1 km du centre. De plus pas de repas du soir prévu. Je suis donc retourné le soir pour manger. Énorme salade de roquefort en entrée, suivi d’un énorme carbonara et fromage blanc couli de myrtilles en dessert avec un petit deca. Une fois encore je dévore tout y compris le pain et mon quart de rouge … quotidien. Malgré cela je pense avoir perdu quelques kilos. Je dois en permanence remonter mon short qui tombe.

image

image

image

image

image

image

image

image

image


 

Une réflexion au sujet de « Jour 33 : 22 juillet 2016 Camp d’Argent – Sospel »

  1. Je te rejoins complètement sur le plaisir de marcher seule et de ce qu’on peut ressentir… ça rejoint aussi ce que dit Sylvain Tesson dans un de ses livres:  » Il suffisait de demander à l’immobilité ce que le voyage m’apportait en plus: la paix. »

Les commentaires sont fermés.