Jour 32 : 21 juillet 2016 – Refuge de Nice – Camp d’Argent

Je quitte le refuge de Nice vers 7 hrs 15, juste derrière un groupe de 10 personnes. Flûte je n’aime pas ça. Je mets le turbo et 15 minutes plus tard je dépasse tout le monde. Je me retrouve premier. Il n’y a personne devant moi. J’adore ce sentiment. Ouvrir la route. Et surtout le SILENCE. J’accélère encore afin de bien les semer. Le relief est identique à la vieille. Qq petits lacs et ensuite ça grimpe vachement dans les blocs jusqu’à Baisse de Basto à 2693 mètres. Les chamois et bouquetins m’accompagnent pendant toute la montée. Magique. J’ai les jambes, le souffle, le moral…la pêche. C’est magnifique d’être accompagné par les chamois. Le bruit de pierres qui roulent signale leur présence. Parfois c’est au détour d’un virage que je tombe nez à nez avec un bouquetin. Que du bonheur.

Apres la descente vers le Kac de Bzsto, nouvelle montée vers Baisse de Valmasque. Je rattrape un couple de retraités rapidement. On peut les suivre à l’odeur. Ils ont vidé le flacon de citronnelle sur eux. Lui souffre bcp des moustiques. Je me suis également fait piquer.

‘Une fois le col passé, on rentre dans la vallée des Merveilles. C’est très encaissé et rempli de blocs de granit. A 7 ou 8 endroits on peut apercevoir des dessins sculptés dans la roche qui remonte à 3500 and avant JC. Perso, je suis plus intéressé par la nature et les gens que par ces représentations.

Apres un passage rapide près du refuge des Merveilles, je monte vers le Pas du Diable en passant par une succession de petits et plus lacs.

Passe le Pas du Diable, le décor est radicalement différent. Fini les gros blocs de granit et le côté encaissé. A nouveau de grands espaces verts et un relief nettement plus doux. J’aime bcp ces paysages qui permettent de laisser glisser son œil sur l’infini de l’horizon. Cela me plonge d’avantage dans le voyage et dans le rêve.

Apres le col de Raus, direction Authion, un vieux fort qui servait à surveiller la frontière avec l’Italie. C’est impressionnant le nombre de forts et bunker qu’il y a dans le Mercantour.

C’est là que je fais la connaissance de Christophe et Nathalie. Les 4 autres, Clothilde, Odile, Astrid et Stephane sont restés en bas. Parisiens, ils font la traversée du Metcantour en une semaine et en semi autonomie. Ils dorment sous tentes mais mangent dans les gîtes et refuges.

Noys terminons la marche ensemble jusqu’à Camp d’Argent. Bières et autres boissons pour commencer et ensuite le traditionnel cocktail douche-lessive. J’ai pris cette habitude rapidement. Je ne porte jamais de linge salle. Tous les jours ou presque je fais ma petite lessive. Cela me permet de tourner avec mes 2 slips, 2 paires de chaussettes, ma chemise de marche et mon short. Rien besoin d’autres. J’ai lavé mon unique short 3 fois. Visible l’en je ne sens pas mauvais. Pour éviter les mauvaises odeurs dans les chaussures, je fais couler qq goutes d’huiles essentielles La Gaultherie sur mes semelles et le tour est joué.

On passe une excellente soirée tous ensemble qui se termine une fois de plus avec un petit…génépi bien évidemment. By the way est ce que vous connaissez le seul mot masculin qui se termine par « …ette ». Un ….

 

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

5 réflexions au sujet de « Jour 32 : 21 juillet 2016 – Refuge de Nice – Camp d’Argent »

  1. Très sympa la photo!! Merci Bruno pour ce chouette moment passé avec toi.
    J’espère que tu as trouvé ce que tu cherchais lors de cette longue traversée en solitaire.
    Bon retour parmi les tiens.
    Amitiés
    Nathalie

  2. Finalement les voyages c’est à la fois la découvertes de paysages géographiques et celle de paysages humains… super la photo de groupe après celle de tous ces lieux superbes! Et pour le mot en « ette »… chut je ne dis rien, promis!

Les commentaires sont fermés.