Jour 26 : 15 juillet 2016 repos au gite communal de Bousieyas

Incroyable. Tous les sommets sont blancs. Hier soir le déluge est arrivée vers 18hrs30. Celui-ci s’est transformé en véritable tempête pendant la nuit. Il a neigé jusqu’à 50 centimètres par endroit, le col de la Bonette (plus haute route a 2860 mètres) est fermé, le chasse-neige est passé vers 9  heure.

J’apprends également la triste et révoltante boucherie de Nice. Que dire, que penser ? Cela me ramène brusquement à la réalité. Depuis mon départ du 19 juin, c’est le deuxième drames. Il y a eu Istambul fin fin et Nice maintenant.

Juste avant 11 hrs, je retrouve Mathieu et Julien, 2 belges très sympas que j’ai croisé il y a 3 ou 4 jours. Ils relient en autonomie Briancon et Menton. Ils auront ainsi sur 2 ou 3 ans effectués la grande traversée des alpes. Ils ont été pris hier soir dans la tempête et ont finalement passé la nuit dans une cabane de berger. Ils ont pas eu chaud chaud. Ils reprennent enfin la route vers 14 hrs après avoir dégusté les saveurs culinaires préparées par Laurence et Claude. Très chouette partage avec eux. Je rencontre également Isabelle qui redescend sur Bousieyas après avoir passé la nuit seule sous sa tente dans la tempête. Je l’avais rencontré la vieille avec Gilles. Il étais 15 hrs. Elle comptais se rendre en Italie. Nous avons partagé notre surprise face à son projet car il lui restait une sacrée distance. Mais donc étant donné le temps elle a finalement planté sa tente. Sage décision.

Ma déchirure au quadriceps semble se remettre petit à petit. Pour mon épanchement de synovie…je n’en sais rien du tout. Mes genou me font un peu mal mais ça va assez bien de manière globale. Je reste cependant très prudent dans ma marche afin d’assurer mon voyage vers Menton qui se rapproche rapidement subitement.

image

image

image

6 réflexions au sujet de « Jour 26 : 15 juillet 2016 repos au gite communal de Bousieyas »

  1. Journée trop tranquille au bureau, et tes photos m’inspirent beaucoup plus que la vue sur Bruxelles de la tour d’Evere.
    C’est devenu une habitude presque quotidienne de vérifier la mise à jour de ton carnet de voyage :)
    Profite-bien de la dernière partie de ton trip!
    Have fun,
    Etienne

  2. Coucou Bruno,
    Comme c’est gai de plonger tous les x jours ds ta randonnée! On voyage avec toi.
    Le Mercantour m’a toujours fait rêvé, par ses paysages et par les loups, tu as réussi à en voir??
    Belle journée ensoleillée!
    Profite!
    Bizzzz
    Soph

  3. Cher Bruno,
    J’ai attendu les vacances pour te lire, un peu comme on garde une chose précieuse pour la fin de journée, un moment de disponibilité pour mieux savourer, recevoir pleinement. Merci à toi pour ce magnifique partage.
    Tes photos, descriptions, commentaires, réflexions, émotions, remises en question, craintes,…j’ai aimé… et cela a ravivé des souvenirs de montagne…beau, beau
    Bravo pour ton exploit. Je t’accompagne dans la dernière ligne droite, le Mercantour, que j’ai traversé il y a une dizaine d’année.
    Très affectueusement
    Claire

  4. Hello Bruno

    On fait parti de la bande de copains rencontrée au refuge du Presset.

    Habitant sur les Alpes Maritimes, on serait content de venir te voir à ton arrivé à Menton.

    Philippe, Jacques et Lucien

    De plus, si tu veux , Je peux te loger pour la nuit.

    Philippe Cottyn : philippe.cottyn@cegetel.net 0611114840

  5. Salut l’ami. De la neige mi juillet ….. tout fout le camp même la météo ! Te voila donc dans le Mercantour. Quelle course magnifique tu fais. Remplis toi les yeux les oreilles et les narines de tout cela.
     » L’unique moyen de savoir jusqu’où l’on peut aller, c’est de se mettre en route et de marcher »
    Citation de Henri Bergson

    Bises

  6. Salut Bruno, je lis que tout va bien je te sens bien dans ton truc…
    Y a quand même une question que je me pose…Tu ne nous parles plus du tout de tes lessives pour tes 3 malheureux caleçons et tes quelques paires de chaussettes… Ca m’interesse de savoir comment tu t’en sors avec ton pauf malheureux savon Sunlicht coupé en 4 pour ne porter de trop…t’en as encore?…bref j’espère que tu n’as pas le scorbut non plus.
    A ton retour dans l’avion pense quand même à passer au tax free shop pour t’offrir quelques volute à la Dior… allez LOL c’était pour rire…Bisous mon frérot.

Les commentaires sont fermés.