Jour 23 : 12 juillet 2016 – Refuge Cime du Melezet – Refuge de Chambeyron

Yes yes yes…plus de mal de tête. Cela me donne de l’énergie pour cette journée qui va être longue. En effet, je vais faire mon plus gros dénivelé aujourd’hui …et en partie sous la pluie. Oui, 2000 mètres positifs et 1300 négatifs sur 25 km.

Cela ne m’effraye pas. Je m’habille en conséquence et le fait de ne plus avoir de neige est très rassurant. Ok il pleut, mais suffit de suivre le GR. Lorsqu’il y a de la neige, il faut chercher sa  trace et on ne sait jamais très bien si on est dans le bon.

C’est donc chargé d’énergies positives que je quitte mon petit nid douillet en direction du lac saint Anne et ensuite du col Girardin a 2700. Je croise personne. Je suis tout seul. J’aime bien ce sentiment. Je suis parfois dans les nuages, dans le brouillard et sous la pluie…mais super bien. Je me sens en sécurité. Je profite de ces instants, prends des photos, essuie mes lunettes…Je me sens au bout du monde, juste avec les éléments naturels qui se bousculent autour de moi.

Un peu plus bas que le col je croise un énorme troupeau de mouton, gardé bien évidemment par des chiens « patou ». Il faut vraiment s’en méfier. Ces chiens sont binaires. Mouton ou pas mouton et rien d’autres. Il ne faut surtout pas couper le troupeau en deux. Il faut alors attendre. Pour l’instant cela ne m’est pas encore arrivé.

J’ai quelques kilomètres sur route à faire. C’est pas terrible. Alors je sors mon IPod et c’est parti pour 3 hrs de marche plaisir en musique. Cela me donne une pêche d’enfer. Je connais un morceau sur 5. A certains moments je danserais volontier. J’ai choisi la playlist « mountain is… » Que du bon. Merci Jean-Phi.

Le vent souffle fort et il fait beaucoup plus frais. Je remets une couche et les gants de jogging 1 heure avant de rejoindre le refuge.. Je suis sans jus et j’ai faim. Pour avaler les derniers 500 mètres de dénivelé je me suis pris un gel énergisant. J’arrive fatigué mais heureux d’avoir vécu ce voyage.

Le refuge est à 2626 mètres à côté du Lac Premier.  On dirait un vieux vaisseau spatial qui date des premiers films de science fiction. Genre « l’enterprise » pour ceux qui voient. Bref c’est vieux et sombre sans confort, sans eau chaude, sans douches et l’accueil est boff. Je me demande pourquoi j’ai sélectionné ce refuge. Oui je sais, c’est pour le lieu. Je ne le découvrirai que le lendemain matin sous un magnifique soleil. Splendide. Le soir je passe la soirée avec un groupe de 4 messieurs retraités. Tres sympa. C’est rigolo d’observer un groupe de l’intérieur tout en étant extérieur au groupe. Il y a les grandes gueules, les rigolos, les discrets, les suiveurs, … Dodo vers 21 hrs 30 avec mon livre d’abord. 00 hrs 25, je me lève pour aller aux toilettes. Je n’arrive pas à me rendormir. Il fait chaud malgré la fenêtre grande ouverte. Je ne dors plus bien depuis un bon moment. Pas grave, comme dirait mon oncle Yves, on a l’éternité pour se reposer. :-)

image

image

image

image

image

image

image

image

image image

image image

image

 

3 réflexions au sujet de « Jour 23 : 12 juillet 2016 – Refuge Cime du Melezet – Refuge de Chambeyron »

  1. Hello mon Bruno,
    Je ne suis pas super fidèle à tes aventures. Mais je pense souvent à toi et me dis que je te suivrai bien pour quelques jours. Paysages splendides, dépassement de soi, rencontres, introspection,…..
    Allez mon ami, comme l’autre chauve je suis occupé à refaire mes planchės et repeindre le rez de chaussée, je te laisse à ton périple.
    Une pensée aussi à ta petite famille, qui je l’imagine te soutien.
    Bises.
    Yvan (dit TOY)

  2. Hello Bruno.
    Quel trip! …et quelles tripes!
    Magnifiques paysages.
    Solitude… quoique ca n’existe pas dans la nature.
    Entre un retour de Zambie, ta filleule qui vend des fleurs en papier sur la plage de Sint Idesbald et ton vieux pote qui repeint sa salle de bain, life goes on.
    Et, comme dans le classique de Depeche Mode, « enjoy the silence ».
    Pensées. Gilles

  3. Mille mercis Bruno. Chaque soir, je me réjouis de découvrir le chemin que tu as parcouru, tes sentiments face à cette aventure extraordinaire et de magnifiques paysages. Papa aimait beaucoup la montagne et en particulier la région que tu viens de traverser. Cela me rappelle de beaux souvenirs.
    Tu ne parles plus de ta jambe, j’espère donc que ce problème fait partie du passé… tout comme les maux de tête. Reste bien prudent et surtout profite à fond de ces moments extraordinaires.

    Je t’embrasse.

    Titanne

Les commentaires sont fermés.