Jour 16 : 5 juillet 2016 – refuge de la Valette – refuge de l’aiguille Doran

Etape complète finalement. Ma jambe tient et mon principe fonctionne. Mon objectif est la journée d’aujourd’hui. J’ai le moral. Le coup de téléphone de mon frère Christophe au refuge hier soir m’a aussi fait du bien.

Belle étape mais moins rude. Très belle montée progressive dans la neige jusqu’au col de la Chaviere à 2800.

J’ai toujours certaines craintes au passage de cols sous la neige et avec un temps tres tres tres nuageux. Ma mauvaise expérience du Col du Brevent a laissé des traces. J’ai le cœur qui bat, il’n’y a personne, pas un bruit excepté celui de l’eau qui coule, des choucas qui crient, des pierres qui roulent…et des marmottes qui annoncent mon arrivée aux autres. Je suis seul dans cet univers blanc, gris, froid …sans plus aucune verdure. Je regarde le ciel qui s’assombrit de plus en plus. J’espère ne pas être pris dans un salle grain car à cette altitude, même en juillet, sous la pluie et le vent, il fait vachement froid. Il est 12 hrs 15. J’ai fain mais je dois continuer et passer ce col avant que la pluie ne tombe. Je suis 100 mètres sous l’école lorsque les premières gouttes arrivent. Merde. Qu’est ce que je fais? J’enfile ma Gore tex où je continue ? J’accélère le rythme comme je peux, je glisse, je l’aide de mes bâtons pour me stabiliser et j’attends enfin le dernier passage. 30 mètres sur des cailloux en pente raide. La neige y a disparu malgré l’exposition nord. Encore 5 minutes et j’arrive au sommet avec le souffle coupé mais avec un grand sentiment de satisfaction et de fierté une fois de plus. Encore un de passé…YES  La pluie s’est arrêtée.

Au sommet je rencontre Daniel, Cindy et leur fille Mathilde. Ils habitent en bas dans la vallée à Modane. Ils sont montés se promener avant de partir pour 15 jours en Grèce. On fait la descente ensemble. En hiver il chasse le chamois. Il m’explique toutes les règles de comptage, le fléau des loups … J’apprends qu’il est également le cousin du propriétaire du refuge où je vais dormir et rester Demain toute la journée pour reposer ma jambe.

Le refuge est super. Chalet très chaleureux avec peau de mouton…il ressemble plus à un chalet de luxe. Parfait pour une journée de repos. De plus la vue y est magnifique.

j’y fais la rencontre de Odette et Claude, breton du centre. 71 et 68 ans. Ils font la même chose que moi. À un autre rythme, certes, mais chapeau. Il faut dire qu’ils ont l’expérience. Nombreux trekking au Népal. Nous passons une très agréable soirée autour d’un succulent repas préparé par Fabienne l’épouse du propriétaire. Elle est tjs habillée comme un chef coq. Coucher vers 21 hrs 30. N’arrivant pas à m’endormir je me regarde « Seven ».

si je n’arrive pas à dormir c’est peut-être parce que demain matin je vais voir un toubib a l’hôpital de Modane. Autant en profiter. Le taxi 4×4 vient me chercher à 7 hrs 45.

image


image

image

image

image

image

image

image image