Cartes IGN ou E-cartes

Une question se pose rapidement. Comment vais-je arriver à me guider tout au long de ces 40 jours. Je vais tout de même pas emporter 15 cartes avec moi. C’est lourd, çà prend de la place…Si ce n’est pas avec des cartes « papiers », il n’y a pas beaucoup d’autres alternatives. Je vais utiliser les technologies actuelles. GPS, e-cartes, site…

  1. Construire mon itinéraire via un site qui me permet de programmer mes arrêts ou je veux en fonction de la distance mais surtout du dénivelé et des refuges
  2. Télécharger ensuite cet itinéraire sur mon smartphone
  3. Utiliser mon smarphone pour me guider pendant la journée
  4. Enregistrer en même temps ma trace afin d’avoir un compte rendu en fin de journée sur mes kilomètres parcourus,  mon temps de marche, ma position, le dénivelé positif et négatif…
  5. Et ensuite alimenter mon site avec mes sentiments sur ma journée

Ok super programme, mais toute cette technologie à embarquer qui va remplacer les bonnes vieilles cartes engendre d’autres questions. Il va falloir que je recharge mon smartphone en permanence afin de pouvoir l’utiliser pour tout cela. Or tout le monde sait bien qu’en fin de journée un smartphone est « mort ». De plus tous les refuges n’acceptent pas que l’on se connecte sur leur réseau électrique car souvent alimenté par l’énergie solaire. Je dois donc prévoir des solutions de recharges indépendantes avec une coque batterie (100%) en plus et une batterie annexe de 15.000 mah qui permet 4 à 5 recharges complètes. Cela devrait être suffisant…enfin je l’espère car tout cela a également un cout.

 

La grande traversée des alpes par le GR5

Le GR5, aussi appelé E2 (sentier de grande randonnée Européen) débute sur les plages de La mer du Nord dans les Pays Bas (Rotterdam) pour se jeter dans la mer Méditerranée à Nice 2500 km plus tard.
En chemin il traverse la Belgique, le Luxembourg et la Suisse. Son tracé a été étudié pour traverser le plus de massif montagneux : Les Ardennes, les plateaux de Lorraine, les Vosges et ses Monts d’Alsace, les plateaux et gorges du Jura et pour finir en apothéoses les merveilleuses Alpes.C’est sur cette partie qu’il prend son appellation de Grande Traversée des Alpes.

Ce GR® représente une traversée au long cours, difficile à effectuer en une seule fois.
Pour la partie GTA, il s’agit d’un sentier de montagne aux dénivelés importants, jusqu’à 2400 mètres de dénivelé positifs et 2000 négatifs. Il vaut mieux le savoir et s’y préparer physiquement et mentalement.

Ok, je me décide…

Ok je pars, c’est bien, mais à partir de là c’est l’inconnu.

En fait, je me rends compte que je dois rester moi-même. Je suis plutôt organisé, structuré, prévoyant et j’aime que les choses soient sous contrôle. L’inconnu peut me faire peur. Bref, je vais donc gérer cela un peu comme un projet professionnel excepté que la finalité n’est absolument pas la même. Je le veux car cela me nourrit émotionnellement.

Quand ? Comment ? Seul ? Combien de temps ? En autonomie ou avec carte visa et Yoko Tsuno (référence à Mich)…et le boulot…et la famille ?
Bref, beaucoup de questions auxquelles je dois trouver des réponses.

Professionnellement j’ai décidé de prendre un congé parental. Violette aura 12 ans en octobre 2016. C’est donc maintenant ou jamais…sous cette formule.
Tout d’abord l’annoncer à Sabine. Pas facile…comment va-t-elle réagir ? J’ai peur d’en parler. Lors de ma première tentative je n’ai pas été très brillant. Le verbal n’est pas mon point fort. Alors j’ai pris la plume pour expliquer ma démarche. Sa réponse s’est traduite par de la compréhension et du soutien. Ce projet nature va me nourrir physiquement et moralement. Avec Clara Zoé et Violette, j’ai profité du traditionnel poulet rôti du dimanche soir pour leur partager mon projet. Leur inquiétude concerne la longueur de mon absence (+- 40 jours). C’est vrai et je comprends. Rapidement elles comprennent que mon absence sera en grande partie pendant leurs camps guides et lutins. Elles sont rassurées. À mon retour nous partirons également en vacances en famille.

Pour le côté plus pratico-pratique (matos, itinéraire, refuge..) il existe pleins d’infos sur internet. Mais c’est plus compliqué qu’il n’y parait pour quelqu’un comme moi qui aime contrôler.
Les dates sont fixées par mon choix de faire cela de refuge en refuge et ceux-ci n’ouvrent que mi-juin.

Reste un dernier point. Comment est-ce que je vais partager cette aventure ? C’est vrai que j’ai envie de partir seul. Mais cela ne veut pas dire « ne pas être en relation avec les autres ». Alors, il y a ma rencontre avec Michel Gobbers (merci Damien) qui a fait Saint Jacques de Compostelle en 3 mois il y a deux ans. Il part maintenant du sud de l’Espagne jusqu’en Jordanie (7000 km sur 7 mois). Maxime Hordies, un jeune tétraplégique le rejoindra pour relier Sienne à Rome. Il m’a partagé son voyage et expliqué comment il communiquait avec sa famille et ses amis…via son site (lien en annexe). C’est donc comme cela que je suis arrivé à créer ce site. Reste plus qu’à le créer et l’alimenter. Heureusement que les amis existent. Ni une ni deux, j’appelle Ivan et Choupinette et c’est fait (pour la création et les cours).  C’est fou comme les choses se mettent en place petit à petit .

Et voilà c’est parti j’alimente mon site, je m’alimente, c’est super excitant cette aventure.