Accueil

Ok je pars, c’est bien, mais à partir de là c’est l’inconnu.

En fait, je me rends compte que je dois rester moi-même. Je suis plutôt organisé, structuré, prévoyant et j’aime que les choses soient sous contrôle. L’inconnu peut me faire peur. Bref, je vais donc gérer cela un peu comme un projet professionnel excepté que la finalité n’est absolument pas la même. Je le veux car cela me nourrit émotionnellement.

Quand ? Comment ? Seul ? Combien de temps ? En autonomie ou avec carte visa et Yoko Tsuno (référence à Mich)…et le boulot…et la famille ?
Bref, beaucoup de questions auxquelles je dois trouver des réponses.

Professionnellement j’ai décidé de prendre un congé parental. Violette aura 12 ans en octobre 2016. C’est donc maintenant ou jamais…sous cette formule.
Tout d’abord l’annoncer à Sabine. Pas facile…comment va-t-elle réagir ? J’ai peur d’en parler. Lors de ma première tentative je n’ai pas été très brillant. Le verbal n’est pas mon point fort. Alors j’ai pris la plume pour expliquer ma démarche. Sa réponse s’est traduite par de la compréhension et du soutien. Ce projet nature va me nourrir physiquement et moralement. Avec Clara Zoé et Violette, j’ai profité du traditionnel poulet rôti du dimanche soir pour leur partager mon projet. Leur inquiétude concerne la longueur de mon absence (+- 40 jours). C’est vrai et je comprends. Rapidement elles comprennent que mon absence sera en grande partie pendant leurs camps guides et lutins. Elles sont rassurées. À mon retour nous partirons également en vacances en famille.

Pour le côté plus pratico-pratique (matos, itinéraire, refuge..) il existe pleins d’infos sur internet. Mais c’est plus compliqué qu’il n’y parait pour quelqu’un comme moi qui aime contrôler.
Les dates sont fixées par mon choix de faire cela de refuge en refuge et ceux-ci n’ouvrent que mi-juin.

Reste un dernier point. Comment est-ce que je vais partager cette aventure ? C’est vrai que j’ai envie de partir seul. Mais cela ne veut pas dire « ne pas être en relation avec les autres ». Alors, il y a ma rencontre avec Michel Gobbers (merci Damien) qui a fait Saint Jacques de Compostelle en 3 mois il y a deux ans. Il part maintenant du sud de l’Espagne jusqu’en Jordanie (7000 km sur 7 mois). Maxime Hordies, un jeune tétraplégique le rejoindra pour relier Sienne à Rome. Il m’a partagé son voyage et expliqué comment il communiquait avec sa famille et ses amis…via son site (lien en annexe). C’est donc comme cela que je suis arrivé à créer ce site. Reste plus qu’à le créer et l’alimenter. Heureusement que les amis existent. Ni une ni deux, j’appelle Ivan et Choupinette et c’est fait (pour la création et les cours).  C’est fou comme les choses se mettent en place petit à petit .

Et voilà c’est parti j’alimente mon site, je m’alimente, c’est super excitant cette aventure.